Restez informé des nouveaux billets publiés

© Christian Thomsen

Robert Proust (1873 - 1935)

Mis à jour : janv 18

La place de Robert Proust dans une galerie de portraits de médecins-écrivains est un peu particulière, car le frère cadet de Marcel Proust, s’il était un chirurgien célèbre, n’était pas écrivain. Mais c’est lui qui assura, après la mort de son illustre frère aîné Marcel, en 1922, la publication des volumes de la Recherche restés inédits, à savoir La Prisonnière, Albertine disparue et Le Temps retrouvé. Il publia également les cinq premiers volumes de la Correspondance générale de Marcel Proust. On peut dire qu’il n’était pas rancunier puisque son illustrissime frère l’a tout simplement gommé de sa vie en faisant du Narrateur un fils unique. Le grand spécialiste de Proust Jean-Yves Tadié signale que « Robert Proust n'aura d'existence romanesque que dans un bref chapitre de Contre Sainte Beuve ». Leur père, Adrien Proust, lui aussi quasiment absent de la Recherche, était un médecin hygiéniste important. Seules les femmes de la famille sont présentes dans l’œuvre, notamment la mère et la grand-mère du Narrateur.


Les deux frères Proust, Robert à droite.

Il convient de préciser que la Recherche n’est pas un roman autobiographique, même si le Narrateur, celui qui dit « je », ressemble beaucoup à l’auteur, au point que certains l’appellent le « Narraproust ». Et d’ailleurs, par deux fois, le Narrateur est appelé par son prénom, Marcel en l’occurrence. Proust s’est servi de son expérience personnelle et de ses relations mondaines pour décrire ses incroyables personnages, tout en restant lui-même masqué. Et d’ailleurs, le Narrateur est un des rares personnages masculins qui ne s’avèrera pas homosexuel, alors que Proust lui-même l’était, et ne s’en cachait nullement. Proust dira également que, contrairement à une idée largement répandue, son livre n’est pas un roman « à clés », même si certains lecteurs qui avaient connu l’auteur ont pu se reconnaître dans un personnage, et, en général, plutôt mal le prendre, car Proust, grand auteur comique, n’était pas tendre avec les défauts de ses personnages. Tout cela pour dire qu’il n’est pas étonnant que Proust ait fait de son Narrateur un fils unique. Il n’aurait probablement pas su quelle place donner à ce frère cadet, vers lequel il est grand temps que je revienne. Robert était le fils préféré d’Adrien, le père, alors que Marcel était le protégé de Jeanne, la mère.


Robert Proust était un chirurgien suffisamment important et célèbre pour avoir donné son nom à un pavillon de l’hôpital Tenon, dans lequel il a exercé la chirurgie comme chef de service, et qui abrite actuellement le département d’oncologie de cet établissement.

Robert Proust en tenue de chirurgien de l'époque.

Robert Proust est également lié à la littérature par son petit-fils par alliance Claude Mauriac, le fils de François. En effet Robert Proust a eu une fille unique, connue sous le nom de Suzy Mante-Proust. Son mari, Gérard Mante, était le fils de Juliette Rostand, la sœur du célèbre dramaturge Edmond Rostand, l’auteur de Cyrano de Bergerac. Ils ont eu trois enfants, dont Marie-Claude, l’épouse de Claude Mauriac. Ce dernier a écrit un très beau livre sur son grand-oncle, L’oncle Marcel, dernier tome du Temps immobile, le journal de Claude Mauriac qui présente la particularité intéressante d’être thématique et non pas chronologique. On constate que la parentèle élargie de Robert Proust comportait des écrivains importants, outre son illustre frère Marcel, mort sans descendance : Edmond Rostand et les Mauriac père et fils.


Par ailleurs Robert Proust est un personnage important de la littérature médicale, en tant que co-fondateur du Journal de chirurgie, publication qui existe toujours, quoi que sous un nom légèrement différent.


Collection personnelle.


Dr C. Thomsen, octobre 2019